Intercommunalité : Réponse à M. le Préfet de l’Orne

Lettre ouverte à la fonction préfectorale suite à l’article publié l’édition du 18 juillet 2012 du journal Ouest-France.

 

Monsieur le Préfet,

La loi, en cette occurrence  (réforme  de l’intercommunalité)  comme en bien d’autre rend vos avis et positions légales. Sont-elles pour autant légitimes ?  Si vous l’estimez, au-delà de ce que vous imposerai  la loi et les différentes circulaires ministérielles,  à quoi bon servent les élus ?

Dans cet article paru dans l’édition  du 18 juillet de Ouest France vous dites écouter les positions (des élus) du Bocage Carrougien. Il est possible d’écouter sans rien entendre pendant toute une éternité… Alors pourquoi  perdre du temps si votre seul but depuis le départ est ce rapprochement avec la CUA (Communauté Urbaine d’Alençon).

Pour nous en convaincre vous parlez de toilettage des statuts de la CUA (simple mise en conformité avec la loi sans aucun changement des compétences exercées, aucunement  envisagé selon les élus autorisés à parler pour la CUA) .Vous ajoutez et vous affirmez que la proximité du bassin de vie carrougien en matière « de santé, de tourisme ou de scolarité » rend logique ce rapprochement avec Alençon  et que  Carrouges a « tout intérêt à vivre avec elle ». Il faut savoir que Carrouges en tant que site touristique est le deuxième (ou troisième selon…) site du département et n’a pas plus de raisons de se rapprocher de la CUA que d’Argentan ou de Bagnoles ; il en va ainsi des questions médicales (que je connais un peu Monsieur le Préfet) comme des questions scolaires. Toutefois à vous lire nous pourrions croire que la loi nouvelle enfermera les populations dans des ghettos territoriaux d’où il ne sera possible de sortir que montrant un laisser-passer. Il ne me semble  avoir ni  lu cela dans la loi ni retenu de son esprit. A aujourd’hui,  les français attachés à leur liberté comptent bien, à Carrouges comme ailleurs, pouvoir choisir leurs hôpitaux et médecins, promenades dans et promotions touristiques de leurs territoires et, pour l’avenir de leurs enfants, les inscriptions dans les écoles de leur choix… en vertu des principes de liberté, d’égalité et de …( qu’en reste-t-il de cette fraternité ?)

Vos paroles Monsieur le  Préfet, strict reflet de la lettre et de l’esprit des lois, tenues à plusieurs reprises semblaient ouvrir la porte sur un espace de vrai dialogue. Celui-ci devait nous permettre de comparer  toutes les solutions possibles, pour chaque commune, dans le respect de la décision des élus comme des souhaits des habitants. En lieu et place nous nous trouvons face à UNE UNIQUE PROPOSITION technocratique et politicienne qui ne convainc personne. Chacun use en ce moment de son petit pouvoir pour décider à la place de tous alors même que la loi de la démocratie républicaine comme le bon sens devraient être de mise.

Pourquoi ne pas demander aux citoyens, des communes concernées de se prononcer ensemble, non pas à partir d’arguments d’humeur mais sur les avantages et inconvénients de telle ou telle solution pour leur avenir ?  Vous en étiez d’accord sur le principe monsieur le préfet. Vous êtes aussi d’accord sur la nécessité de mettre en place les communes nouvelles prévues par la loi… ALORS ! Personnellement, devant l’état de notre pays(et du monde), la souffrance de millions de français et de leur inquiétude en l’avenir je trouve scandaleux de dépenser du temps (donc de l’argent) pour une réforme qui ne nous apportera aucun vrai avantage évident. Il n’en ressortira à terme, une fois de plus, qu’une augmentation de la fiscalité. En cette période difficile une vraie réforme de nos communes, départements, régions et autre intercommunalités « rapporterait » minimum 2 milliards par an sans que l’économie générale n’en pâtisse…

A vous revoir Monsieur le préfet, pour autant que je le puisse… Veuillez accepter mes salutations  toujours et profondément respectueuses de votre fonction comme et surtout de votre personne.

 

Eugène-Loïc Ermessent
Maire de Carrouges

 

(1 commentaire)

    • ELE on 30 octobre 2012 at 19 h 12 min
    • Répondre

    Où sont passés les compte-rendus des CM

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.